logo

Inconvénients des produits laitiers 1

LE LAIT, et les produits laitiers, sont-ils vraiment nos amis pour la vie ?

260px-Grasend_Kuh_mit_KalbSaanenziege220px-Brebis_agneauFlock_of_sheep

_______________________________________________________________________________________

Les recommandations officielles données par des « nutritionnistes » à consommer au moins 3 produits laitiers par jour sont établis par un comité d’expert de santé. Comité qui est composé d’une trentaine de personnes, 19 au moins sont directement affiliés à L’INDUSTRIE LAITIERE (Danone, Nestlé…etc.). Il n’y a aucune transparence. Il en résulte que les arguments que soutendent ces recommandations n’ont aucun crédit.

Essayons d’étayer un meilleur point de vue plus en accord avec les besoins de notre organisme.

                                                            

 

Depuis plus de 7 millions d’années, les humains ont existé sans AUCUN apport de lait ou ses dérivés hormis le lait maternel. Leur squelette était en excellent état, comme les différentes analyses sur les ossements archéologiques retrouvés le démontrent.

 

La consommation du lait et ses dérivés (produits laitiers) est apparue il y a à peu près 10'000 ans, conséquemment à  la sédentarisation.

 

Actuellement 75% de la population mondiale est intolérante aux produits laitiers, au soja, au gluten et aux glucides raffinés.

                                                   

L’homme est le seul mammifère sur terre qui consomme le lait d’un autre mammifère, qui de surcroît n’est ni de sa taille, ni de son poids, ni de sa constitution ! Il transgresse ainsi une loi biologique qui concerne tous les mammifères : le sevrage !

 

Les consommateurs de produits laitiers, sont-ils protégés, comme l’affirme l’OMS, de la malnutrition qui planerait sur notre terre ?

En 2002, l’OMS reconnaît elle-même un « paradoxe du calcium » = plus on en consomme moins on l’assimile.

                                                      

Les habitants des pays les plus gros consommateurs de produits laitiers, comme les pays Scandinaves,  l’Amérique, la nouvelle Zélande, les Pays-Bas, l’Australie, la Suisse, ont les os les plus fragiles (fractures plus fréquentes), sont plus grands mais moins endurants.

 

Si le plus gros de l'alimentation de l'enfant se porte sur des produits laitiers, des céréales et des sucres, des perturbations biologiques vont en résulter: hyperactivité, anémie, manque de concentration, mal au ventre quasi permanent, autisme, constipation ou diarrhée chronique (voire l'une ou l'autre en alternance), fragilité des os, des muscles, états caractériels, avitaminose,...

                                                                      

Les produits laitiers se comportant comme une hormone de croissance (comme les produits à base de soja), leur consommation régulière et importante durant l'enfance a tendance à faire augmenter la taille et le poids des enfants, mais les fragilise dans leur capital osseux et leurs défenses immunitaires.

Il est signalé dans plusieurs ouvrages médicaux que les laitages diminuent l’absorption du potassium. L’on comprend mieux, avec la consommation effrénée actuelle des produits laitiers, pourquoi tant de phénomènes de spasmophilie, crises d’angoisse, crampes ou impatientes musculaires, toux diurnes ou nocturnes, agitation...

La consommation massive de céréales dans l'enfance génère des individus de plus petite taille. Les céréales comme les produits laitiers et les dérivés du soja sont très acidifiants et exposent les consommateurs à des rhumatismes précoces.

                                                                        

A l’inverse, les populations d’Afrique et certaines d’Asie qui traditionnellement consomment le moins de produits laitiers et non plus du soja OGM comme ceux vendu en Occident, affichent une santé osseuse parfaite, une meilleure endurance et une meilleure résistance. C’est aussi les pays qui affichent un taux de fractures le plus bas qui soit. Ils affichent aussi un taux de malades par le cancer très faible. Ce n’est pas une coïncidence !

 

Les produits laitiers précipitent la vitamine D. Notre squelette se crée en fixant nos sels minéraux sur la texture collante qu’est la vitamine D. Sans vitamine D nous n’avons pas d’os.

 

On pourrait penser que les pays du Nord souffrent de fragilité osseuse à cause de leur manque d’exposition au soleil.

                                         

Mais que dire alors de l’Australie, ou ses habitants sont quasi en permanence au soleil, bien souvent sans suffisamment de protection (T-shirt blanc ou bleus) et qui ont le même taux de fractures que les pays scandinaves ? D’autant plus qu’ils consomment beaucoup de poissons riches en vitamines D et ils en manquent tout de même ? C’est suffisamment parlant.

                                                                

On peut voir que le soleil ne donne pas une explication valable, ni l’utilisation de poisson et ses dérivés. Par contre les deux pays consomment énormément de lait, produits laitiers et ses dérivés et produits à base de soja.

L’ostéoporose et  la fragilité de notre structure osseuse sont directement liées à la consommation de produits laitiers.

                                                                                          

Il n’existe actuellement  aucune étude scientifique valable  sur le lien entre la consommation des produits laitiers et la bonne santé de nos os.

La meilleure assimilation du calcium se fait en mangeant des fruits et des légumes tous les jours. Comme le font les vaches, brebis ou chèvres, qui en broutant les végétaux obtiennent suffisamment de calcium dans leur lait pour la constitution de LEUR progéniture ! Pour une vache cela doit permettre à un veau correctement nourri d’aller vers des poids qui vont entre 200 – 300 kg !

Je pense que nous ne tenons pas à les imiter !         

                                                                                  

Et pourtant, les produits laitiers, hormones naturelles de croissance, nous poussent bel et bien vers une prise de poids, qu’on doit en permanence  surveiller pour ne pas devenir comme des veaux ! Et le soja et ces dérivés c'est pareil vu qu'il fut crée pour faire grandir un veau en 6 mois alors qu'avec le lait de vache il a besoin de 1 an pour obtenir sa taille adulte.

 

25 millions de nourrissons américains élevés sans lait maternel ni lait de vache ont affiché une croissance NORMALE et aucun problème de malnutrition.

J’ai rencontré un homme de 76 ans, qui est né prématuré à 8 mois et fut nourri uniquement avec de la soupe de légumes en attendant l’âge de la nourriture diversifiée (4-5 mois). Il jouissait d’une excellente santé.

                                                             

Les fréquences de fractures du col du fémur liées à la consommation régulière de produits laitiers furent relevées chez plus de 150000 femmes.

 

Il est mis en évidence que les personnes qui ont consommé le plus de produits laitiers pendant leur enfance,  qui continuent d’en consommer le long de leur vie, qui sortent bien souvent en plus d’une famille gros consommateurs de produits laitiers, ont un risque accru de:

Fractures des os, développement d’arthrose, rhumatismes, fibromyalgie, ostéoporose, sinusites et bronchites chroniques, constipations chroniques, mauvaise circulation du sang, jambes lourdes ou chaudes, maladie de Reynaud, maladies cardio-vasculaires, troubles de la thyroïde et de l’immunité, colopathies, acidité et reflux gastrique, nervosisme, cystites et prostatites, psoriasis, eczéma, diabète, problèmes liés à la mauvaise circulation du sang, dérèglements de la thyroïde, impatiences, incapacité de concentration, d’attention prolongée  … plus élevé que ceux qui n’en consomment pas ou très occasionnellement.

                                               

A cette liste funèbre on peut ajouter pour les enfants l’hyperactivité et certaines formes d’autisme, surtout si la consommation des produits laitiers est couplée avec la consommation de sucreries, brioches, sodas light ou pas, vaccinations et absence de repas équilibrés (fruits, légumes, viandes ou poissons….

 

En effet, le gluten, molécule spiralée qui donne de la souplesse à toute préparation faite avec de la farine de blé (pains, gâteaux, tartes, viennoiseries, etc.) a l’inconvénient de se lier avec les glucides, glucides direct comme le sucre blanc ou indirects comme les produits laitiers, les amidons etc.) en agglomérats très solides, car ils se lient entre eux avec des fils très souples et solides tels que des fils de tissages des araignées.

Cela crée des boules collées au côlon dont notre organisme n’arrive plus à se défaire.

Il va solliciter des bactéries, notamment du candida albicans, pour dégrader ses dépôts et les évacuer.

Le candida albicans va en profiter pour s’emparer des « pulsateurs » (fibres le long des intestins) dans le côlon qui sont des informateurs du cerveau et des « pousseurs » pour faire évacuer les déchets de la digestion par le transit intestinal.  Il va les désinformer en donnant l’envie d’encore plus de nourriture néfaste pour notre santé mais bonne pour ces bactéries, comme le sucre, les produits laitiers et les viennoiseries avec gluten, les différents sodas, avec ou sans sucres vu que pour les intestins les faux sucres apportent autant de complications que les vrai.

En échange il va donner au cerveau un état d’euphorie illusoire, proche d'un état sous opium. Le gros inconvénient du candida albicans c’est que ces défections sont très acides, et, cette acidité va lisser le côlon et le rendre poreux. A travers cette porosité les toxines passent, rentrent dans la circulation sanguine et lymphatique, montent au cerveau le perturbant.

Ces toxines peuvent aussi se lier ensemble et « muter » en une sorte de mycélium, qui va, dès qu’il est en trop grosse quantité se manifester  - sur la peau : c’est le psoriasis.

 - manifester dans les poumons: c'est une forme d'asthme.

Cette invasion de bactéries néfastes à notre santé est à l’origine de nos colopathies.

 

De plus les produits laitiers d’aujourd’hui sont loin de ressembler à ceux de nos aïeuls, qui pourtant eux savaient que les produits laitiers fatiguent! 

                                                                        

De nos jours, pesticides et engrais chimiques, hormones d’origine synthétique ou naturelle (soja) sont quotidiennement consommés par les bovins, chèvres et brebis à travers leurs fourrages.

On va les retrouver dans les protéines du lait et donc dans les produits laitiers qu’on consomme.

 

Cette « soupe » d’hormones (œstrogène et progestérone) on la retrouve dans la protéine des produits laitiers favorisant chez les humains les cancers de l’utérus, de la prostate et celui du sein.

La trop grosse taille de cette protéine (comme celle du soja), inapte à être dégradée complètement par notre organisme, favorise aussi le développement de tumeurs.

 

La caséine, qui fait partie de la protéine du lait, est reconnue comme facteur tumoral.

 

Les produits laitiers sont transformés dans notre organisme en glucides et favorisent ainsi le diabète.

 

La transformation en sucre des produits laitiers, qui s'opère au niveau du foie, donne une forme d'alcoolisme. Alcool que l'on peut retrouver par analyse dans le sang! Il y a des test d'ivresse qui chez ces personnes vont être positif alors que ces personnes n'auront pas goûtés une seule goutte d'alcool! Et ils sont aussi dépendants des produits laitiers et des sucreries qu'un alcoolique!

                                                             

De plus, le lait de vache contient de l’insuline bovine, que notre système immunitaire ne reconnaît pas et l’attaque avec des anticorps.

Ces même anticorps ne feront ensuite pas la différence entre l’insuline bovine et la nôtre. Il va en résulter une maladie auto-immune : nos anticorps vont détruire les cellules bêta du pancréas, l’insuline va disparaître.

On passe ainsi d’un diabète type 2 au diabète insulinodépendant type 1.

 

Les aliments trop riches en calcium, comme les produits laitiers (la publicité le dit assez), provoquent des histamines dans notre organisme, qui pour son équilibre va créer des antihistaminiques.

La consommation quotidienne va faire créer en permanence des histamines et des antihistaminiques.

Il en résulte un était inflammatoire permanent de notre organisme.

                                                                                               

Les protéines des produits laitiers, mal dégradées par le processus digestif, finissent par passer la barrière intestinale, s’immiscent dans les fibres musculaires et augmentent  l’état inflammatoire. Cette inflammation chronique de notre organisme est responsable de la plupart des intolérances et allergies !

 

Le procédé d'homogénéisation est un procédé qui soumet le lait entier à la chaleur et à une pression intense (100 à 250 bars). Ce procédé rend les produits laitiers lisses, c'est à dire la crème ne se décante plus par rapport au lait. Seulement, ce procédé brise les molécules du lait, et celles-ci ainsi éclatées vont passer très facilement la barrière de la paroi intestinale. On les retrouve alors dans notre sang où elles se véhiculent à travers notre organisme qu'elles vont perturber. C'est un procédé nocif, ainsi que le procédé UHT, qui "tue" le lait, c'est à dire cet aliment ne nous apportera plus rien de fortifiant, ni les éléments nécessaires à sa digestion (bactéries). C'est un facteur allergisant supplémentaire.

                                                  

Déjà à la fin des années 1800 un professeur avait mit en évidence que les produits laitiers sont une alimentation apaisante pour calmer la faim mais n'est pas une alimentation nourrissante dans le sens vitalité santé. Il y a donc plus de 100 ans que ce professeur a déclaré les produits laitiers néfastes à la santé.

On peux mieux comprendre pourquoi les habitants de Mongolie sont vieux à 50 ans et survivent que rarement à plus de 60 ans alors qu'ils n'ont pas le même stress de vie que nous. Leur alimentation est quasi essentiellement lactée et carnée.

                                                                     

Le taux élevé d’histamines dû au calcium provoque une réponse immunitaire :

Une sécrétion de suc gastrique et acide chlorhydrique, un relâchement des petites artères, une contraction des bronches et des muscles de l’intestin, une accélération de la fréquence cardiaque (tachycardie), un relâchement des contractions de l’utérus. Elle est en outre responsable de prurit (démangeaisons de la peau).

De plus, dans le système nerveux central elle maintient en état de veille (somnolence proche d’un état sous opium !).  D’où cette grande dépendance des produits laitiers pour beaucoup d’entre nous.

 

Les produits laitiers acidifient l’organisme. Cette acidification permanente épuise l’énergie du foie. Des insomnies en résultent (réveils réguliers entre 1 - 2 heures du matin). Un foie fatigué va finir par fatiguer les reins ! (L’abus de sucre, de gluten (pain, viennoiseries) ou médicaments mal assimilés peut provoquer les mêmes inconvénients).

Un organisme avec un foie épuisé va chercher son équilibre au niveau de l’énergie des reins, qui est la réserve de notre énergie ancestrale. Conséquence : des douleurs lombaires, des yeux cernés, fatigue chronique.

                                               

Pour éviter les douleurs lombaires permanentes notre organisme va y mettre un « plâtre » = calcification des nerfs douloureux, qui bien souvent se trouvent près d’autres nerfs, qui s’irritent à la présence de cette calcification. Il s’en suit des raideurs de l’organisme avec de plus en plus de douleurs, des becs de perroquets, des calcifications aberrantes et des douleurs qui augmentent.

 

Récemment des chercheurs ont découvert dans le lait une molécule toxique pour l’humain.

 

Les protéines des produits laitiers étant très difficiles à digérer, leur présence à tous les repas génère le stockage des éléments mal dégradés  dans nos muscles. C’est la cellulite, culotte de cheval et autres dépôts disgracieux.

Cette masse n’est pas de la graisse, mais un amas collant qui retient les toxines.

 

Lors de jeûnes, l’acidose qui suit entre le 3ème et 5ème jour correspond à l’élimination  de ces toxines.

 

La liste des effets dommageables occasionnés par les produits laitiers est bien plus longue encore.

                                                                   

 

La consommation de produits laitiers, sodas, viennoiseries, certains médicaments, nous met dans un état d’alcoolisme chronique. En effet, l’alcool n’est qu’un sucre fermenté très concentré dans les alcools forts. Notre organisme est capable de produire cette fermentation rapidement grâce à un foie fatigué qui va utiliser à cet effet et pour apaiser l’organisme fatigué, les glucides ingérés. Il faut comprendre que notre organisme cherche toujours à nous aider. Il ne sait pas que nous pourrions mieux nous nourrir et être en meilleure santé. Du coup il va au début donner des signaux d’alerte, la maladie, et si nous n’écoutons pas ses messages il nous créé des « pansements ». Une personne avec un foie fatigué dû aux produits laitiers, sodas, viennoiseries, médicaments, manque d’aliments vitalisant comme les fruits et les légumes dans le bol alimentaire quotidien, va être mal dans sa peau. Du coup le foie, pour palier à ce déséquilibre moral va créer un état euphorique en utilisant le foie pour transformer les aliments riches en glucides en alcool qui est directement utilisé par le cerveau. Vous pouvez ainsi observer chez des enfants un état alcoolique (yeux qui révulsent, peur des gens, tendance de se « couper » de l’environnement en l’ignorant, capable des pires cris si ses désirs de sucreries ne sont pas assouvis. Ses pleurs calmés par un verre de lait, des sucrerie, viennoiseries, sodas, chips, pain blanc (sucre pour l’organisme, voir index glycémiques).

                                                               

Cette dépendance (addiction) s’appelle lactoolisme. C’est un état reconnu par le monde médical avant-gardiste et une conséquence de la consommation régulière et abusive des produits laitiers (lait, fromage, yaourt, crème, crèmes glacées, béchamel, chocolat au lait, fromage blanc…). Ils inondent le tube digestif de leur excès de calcium, de leurs protéines homogénéisés, de lactose à forte dose (on est pas conscients que ce goût salé est pourtant un authentique sucre pour notre organisme à l’index glycémique élevé), tout cela consommé avec du pain blanc qui est également un aliment hyperglycémiant nous créons un désordre de la valeur d’une bombe à retardement dans nos intestins, pour nous et pour nos futures générations, car ces troubles intestinaux s’inscrivent dans notre capital génétique, et notre société en continuant son erreur alimentaire entraîne nos futures génération dans un état de mal-être qui va être une catastrophe bien pire que toutes les catastrophes naturelles avec lesquelles on voudrait nous faire peur et nous faire payer des prétendues fautes commises !

Et notre organisme n’a pas vraiment besoin de ces protéines/calories qu’il n’arrive pas à brûler suffisamment ; elles sont stockées sous forme de gras dans le foie d’abord (foie gras ou stéatose hépatique), puis les muscles, sous la peau et chez les femmes dans les seins et la périphérie des hanches, chez les hommes dans le bassin et la ceinture abdominale.

                                                                       

Comme pour le tabac, la dépendance est plus grave chez les femmes que chez les hommes. En effet, à consommation égale, le corps féminin est plus rapidement fragilisé du fait de ses capacités respiratoires et hépatiques qui sont le tiers à la moitié inférieures de celles des hommes.

Pour conclure, il ne faut pas oublier que nous transmettons génétiquement à nos descendants leurs fragilités ou leur robustesse. Nos comportements alimentaires sont à la base de notre état de santé et de celle de nos enfants, sans oublier que nos ancêtres ne connaissaient pas la vaccination non plus, (avaient moins de maladies que nous comptabilisons aujourd'hui! Que faut-il en conclure?) Ils avaient une meilleure santé et robustesse, une meilleure immunité et travaillait bien plus que nous actuelles! On serait incapables de fournir autant d'effort musculaire que fournissaient nos aïeuls. Et pourquoi?  Peut-on vraiment incriminer seulement la pollution?

                                                                                      

Néosanté N° 38:

Le lait de vache nuit au développement du bébé

Quoi qu’en disent la propagande de l’industrie laitière et les pédiatres qu’elle stipendie, le lait de vache est un aliment à éviter pour le nouveau né. Des chercheurs américains ont utilisé des données de quatre centres de consultation englobant 7110 enfants de moins d’un an. Les parents ont répondu à un questionnaire à un questionnaire sur le régime alimentaire de leur bébé et les médecins traitants ont rempli un deuxième formulaire consacré au développement psychomoteur des nourrissons. Résultat : ceux nourris au lait de vache étaient en retard sur le plan des aptitudes sociales, de la motricité et du langage. Chez les buveurs précoces de lait, le taux de défaut d’acquisition était augmenté de 30% en ce qui concerne la sociabilisation.

                                                         

 

 

 

Le lait de vache, un poison pour l’humain

Extrait tiré du livre d’Albert Cohen

Le lait, au fil des ans, malgré sa blancheur, est devenu pour les cellules de notre corps l’équivalent des marées noires qui se sont déversées des bateaux pétroliers échoués sur les côtes !

 

Au départ, le lait est déjà un aliment totalement inadapté à l’homme. Il élève le cholestérol sanguin et les graisses du sang parce qu’il contient du cholestérol et des graisses polyinsaturés.

 

Lait : Si vous consommez autant de produits laitiers qu’un américain moyen, vous absorberez une quantité de cholestérol équivalente à celle de 53 tranches de lards quotidiens. Si vous avez 54 ans, vous avez suivi ce régime pendant 52 ans, ce qui correspond à 19 345 tranches de lard par an, soit en tout plus d’un million de tranches de lard !

 

N’est-il pas extraordinaire qu’un corps humain puisse résister à une telle avalanche de graisses ?

 

Le lait est trop riche en protéines, qui pour être éliminées par le corps, obligent celui-ci à mobiliser son calcium. Du coup, les produits laitiers que les personnes âgées absorbent sont l’une des causes principales de l’ostéoporose ! La pasteurisation et l’upérisation en font un produit dénaturé et biocidique (aliment destructeur de vie). Le lait contient 300 fois plus de caséine que le lait maternel. Cette caséine est une colle puissante qui encrasse l’organisme de façon dramatique.

 

Les 80% des protéines du lait et du fromage sont constitués de caséine, qui est une puissante colle, celle qui fait notamment tenir les étiquettes sur les bouteilles de bière. Essayez d’arracher une des ces étiquettes et vous verrez la force de cette colle ! On utilise aussi la caséine pour coller les meubles !!!

 

Pensez à ce que cette colle peut provoquer dans votre organisme. Comme la caséine est une protéine étrangère, le corps crée des anticorps pour la neutraliser. Cette réaction antigène-anticorps fait sécréter de l’histamine et engendre une intense production de mucus, voire de pus. De nombreux chercheurs pensent que la caséine est la principale substance responsable des inflammations articulaires que l’on voit dans les arthrites rhumatoïdes. Cela expliquerait pourquoi la suppression de tout produit laitier permet la plupart du temps une guérison rapide de ces affections.

 

La multinationale Monsanto a produit une hormone de croissance destinée à augmenter la production de lait.

Grâce à ses bénéfices colossaux, elle a pu soudoyer les autorités sanitaires et politiques pour qu’elles laissent mettre sur le marché ce produit sans avoir évalué sa toxicité.

 

Les éleveurs auxquels on a imposé cette hormone se sont retrouvés avec des vaches qui produisaient presque 50 litres de lait par jour (auparavant, elles en donnaient moins de 10 litres) mais faisaient des infections nombreuses et ils ont dû utiliser des antibiotiques en quantité.

 

Les taux d’antibiotiques dans le lait sont 100 fois plus élevés qu’il y a quelques années et les autorités sanitaires se sont contentées d’élever les normes limites autorisées.

 

Aux U.S.A, sur les vingt trois mille tonnes d’antibiotiques fabriqués chaque année, près de la moitié est utilisée pour le bétail ! Cette administration de doses thérapeutiques d’antibiotiques au bétail crée de plus en plus de souches de bactéries résistantes aux antibiotiques, ce qui pose un problème de santé publique de plus en plus grave.

 

Quand vous buvez du lait ou mangez un yaourt, vous ne vous doutez pas que vous êtes en train d’absorber des antibiotiques qui vont détruire votre flore intestinale et affaiblir votre système immunitaire. De plus, si vous êtes allergique à un antibiotique comme la pénicilline, vous risquez de tomber malade sans comprendre que vous en avez absorbé à votre insu.

 

Il est hallucinant de constater qu’aux U.S.A 80% des vaches souffrent de leucémie. Le lait de ces vaches est il sans danger pour l’homme ?

 

Quand les études scientifiques ont montré que cette hormone de croissance stimulait, chez l’homme, le développement de cancers, l’association des médecins américains, l’O.M.S et les autorités sanitaires ont préféré fermer les yeux car les intérêts économiques passent avant la santé des populations. Depuis 1994, année où l’hormone de croissance obtenue par génie génétique fut autorisée pour stimuler la production des vaches laitières, une véritable épidémie de cancers lymphatiques a frappé les U.S.A

Ce type de cancer, rare jusqu’alors, tue plus que les cancers du sein, de la prostate, du pancréas et des organes génitaux réunis.

Les citoyens américains sont devenus, sans le savoir, des cobayes qui absorbent de l’hormone de croissance à travers les produits laitiers dont ils consomment 90 milliards de kilos chaque année.

 

Avec la passion d’un détective, Cohen,  l’homme « anti-lait», a mis en évidence, de façon irréfutable parce que prouvée par des documents officiels, la façon dont le public américain a été trompé. Au lieu de faire connaître les facteurs nutritionnels qui créent ou favorisent le cancer, on a continué à détruire les tumeurs avec la chirurgie et la chimiothérapie.

 

C’est plus rentable, n’est ce pas ?

 

Alors qu’aux U.S.A, du temps de nos parents, explique Cohen, une femme sur vingt était atteinte de cancer du sein, aujourd’hui une femme sur trois est touchée!

 

Quand on pense aux milliers d’enfants souffrant de leucémie et traités par des chimiothérapies toxiques, on a le cœur brisé devant tant d’inconscience. Le célèbre Docteur Spock, le pédiatre le plus connu des U.S.A a écrit sur le dos de couverture du livre de Cohen : « le lait de vache a été vendu par le passé comme un aliment parfait. Nous voyons maintenant que ce n’est pas du tout un aliment parfait et le gouvernement ne devrait pas soutenir ceux qui veulent encore le faire croire. »

 

On découvre ainsi que la civilisation moderne (et surtout les U.S.A, qui en sont le pays phare) est dirigée par des lobbies dangereux pour la santé publique, lobbies qui ont infiltré les administrations et trompé le public depuis des années par des publicités mensongères.

 

Ainsi, Nestlé, affirme dans sa publicité pour les produits pour bébés, que « provenant des cultures contrôlées en permanence par les spécialistes Nestlé, tous ces produits sont exempts de substances nocives. L’enfant reçoit ainsi, en tout sécurité, une alimentation dont la densité nutritionnelle correspond parfaitement à ses besoins ».

Stupéfiantes contrevérités !

 

Pourtant certains des médecins et des scientifiques qui travaillent dans cette grande multinationale n’ignorent pas les informations que nous citons. Mais ils sont tenus de garder le silence pour ne pas perdre leur poste. Ainsi, sont perpétrés les mythes officiels qui correspondent aux impératifs du profit économique.

 

Les multinationales de l’alimentation industrielle et de la chimie existent et prospèrent parce que nous achetons leurs produits.

Si nous ne voulons pas être sacrifiés sur l’autel de leur inconscience, il est temps de nous éveiller aux lois de l’alimentation végétale, variée et vivante, qui permet de vivre en pleine santé, plutôt que de souffrir sans cesse de constipation, d’allergies, de douleurs, de raideurs, de cancers, de diabète et de ces mille et un troubles qui montrent tout simplement que notre organisme est intoxiqué.

 

Il faut 5 kilos de lait pour faire un kilo de fromage, la concentration des hormones contenues dans le lait est importante. Or, chaque goutte de lait contient 59 hormones différentes, comme des oestrogènes, de la progestérone, de la prolactine…Pouvez vous imaginer les effets que ces hormones peuvent avoir sur la santé physique et mentale des populations ?

 

Le 40% des aliments consommés par les américains sont du lait, des produits laitiers sous forme d’ice-cream, de yoghourts, de fromages et autres dérivés. Un kilo de fromage peut contenir vingt fois la quantité d’hormones qui se trouve dans un kilo de lait.

 

Robert Cohen s’est écrié : « le lait, c’est surtout de la colle, des hormones et du pus ! »

Il a même découvert que les végétariens qui consomment des produits laitiers, les juifs et les musulmans seront étonnés d’apprendre qu’aux U.S.A, ils mangent du cochon sans le savoir ! En effet, la vitamine D2 qui était ajoutée au lait (et qui provenait d’un mélange d’algues et de bactéries exposé à la lumière ultraviolette) a été remplacée, parce qu’elle donnait un goût amer aux produits laitiers, par de la vitamine D3 qui est extraite de la peau ou du cerveau de porcs !

 

Le lactose des produits laitiers stimule l’absorption de calcium par l’intestin, et ce calcium va durcir la paroi des artères, où se déposent déjà le cholestérol et las acides gras saturés des aliments d’origine animale. En plus de tous le problèmes décrits, le lait présente une vraie poubelle puisque la vache concentre tous les pesticides, herbicides et poisons qui sont contenus dans l’herbe ou les granulés qu’elle mange.

 

Je vous invite d’aller voir sur You-tube les différentes conférences du Pr. Henri Joyeux, cancérologue et chirurgien digestif qui nous explique pourquoi le lait ne doit pas être consommé.


Powered by Joomla!. Design by: joomla 2.5 free template  Valid XHTML and CSS.