logo

Millepertuis

MILLEPERTUIS

Hypericum perforatum de la famille des Hypéricacées

 Synonymes: plus de 40 noms: chasse-diable (fuga doemonium), trascalan, herbe de la Saint Jean, herbe aux piqûres, herbes aux fées, herbe aux mille vertus, herbe de la Saint Eloi, herbe de la Saint Jean, Barbe de Saint-Jean, millepertuis perforé, herbe à mille trous, herbe percée, herbe à la brûlure, herbe du charpentier, trascalan, truchereau, trucheron, trucheron jaune...    

Al : Johanniskraut,  Ang : St-John’s wort,  Ar : Heiofarieun,  Dan : Jordhumle, Perikum,  Esp : Hypericon, Coraznsillo,   Hol : Manobloed,  It : Iperico,  Su : Johannisoert,  Tur : Sar kantarion

 

Plante vivace commune chez nous, en Europe. Pousse spontanément en plaine et en montagne. Supporte les climats rudes ainsi que les terrains secs et ingrats. Préfère pousser sur des terrains qui ont été grattés puis laissés en friche. Peut spontanément pousser trois quatre ans à suivre au même endroit, pour ensuite délaisser l’endroit pour pousser ailleurs, là ou la terre fut travaillée puis laissée en friche. C’est pour cette raison qu’on le trouve souvent dans les talus de bords de route qui fut  récuré.

Les feuilles, placées entre l’œil et la lumière, laissent apercevoir une multitude de petits points transparents (perforatum) Ce sont de minuscules glandes à huile. Ses fleurs sont jaunes et en corymbes.

Les sommités contiennent deux matières colorantes, l’une jaune et l’autre rouge.

Il y plusieurs variétés, à feuilles rondes à feuilles allongés, ils sont tous bon.

Historique : La plante est citée dans les ouvrages de Discoride, Pline l’Ancien et Galien qui la recommandaient pour le traitement de la sciatique. Au Moyen Age on pensait pouvoir chasser les démons avec elle. Paracelse l’utilisait pour soigner la peau, la dépression et la mélancolie.

Au cours de ces derniers années, le millepertuis est devenu l’antidépresseur végétal numéro un.

_____________________________________________________________________________________________________

  _____________________________________________________________________________________________________

Partie utilisée: sommités fleuries, feuilles.

 

 

Principaux constituants connus: huile volatile (huile essentielle), tanins, pectine, matières colorantes (hypericine), une résine molle, flavonoïdes, xanthones…

 

 

Saveur: saveur assez neutre en tisane, on peut facilement ajouter des plantes qui agrémentent la boisson comme la verveine, badiane, citronnelle, réglisse… 

 

 

 

MOT CLEF:              ANTIDEPRESSEUR VEGETAL

BRULURES

 

 

 

Son huile est plus efficace, en tant qu’anti-dépresseur, que sa tisane. Les principes actifs contre la dépression sont très peu solubles à l’eau. Mais ! Sa tisane est tellement « nettoyante » que, le corps allégés d’une bonne part de toxines, un mieux être est ressentie.

 

 

INTERACTIONS AVEC LE MILLEPERTUIS :

L’huile ou la tisane de Millepertuis est un puissant chélateur de toxines, ainsi, si on prends un médicament, qui, par principe contient toujours une partie toxique pour l’organisme, l’huile de Millepertuis ou sa tisane, désintoxiquant, fait évacuer les principes actifs du médicament qui se retrouvent, 20 minutes après absorption du médicament avec de la tisane de Millepertuis ou prise simultané de son huile,  dans les urines.

On peut utiliser de la tisane de Millepertuis tout en prenant des médicaments, à condition de les espacer d’au moins de trois heures.

Ainsi, le médicament sera assimilé par l’organisme et la tisane de Millepertuis ou l’huile de Millepertuis aide l’organisme d’évacuer les restes toxiques de la molécule médicamenteuse.

C’est pareil pour la prise de la pilule contraceptive. Si on utilise de la tisane ou de l’huile de Millepertuis simultanément avec la prise de la pilule, presque toutes les molécules de la pilule se retrouveraient 20 minutes après  dans les urines, et la prise de la pilule perdrait de son efficacité.

 

 

PHOTOSENIBILISATION DU MILLEPERTUIS :

Il n’y a pas de photosensibilisation par contact de l’huile de Millepertuis ou par application de sa lotion.

L’huile de Millepertuis, de par sa couleur rouge et de par sa brillance due à l’huile d’olive a  un certain indice de protection. Faible, mais c’est une protection solaire. Seulement l’ingestion quotidienne et par grosses quantités peut produire un effet photosensibilisant.   

 

 

Propriétés:

En usage interne :

  • stimulant
  • effet antidépresseur grâce aux polyphénols (xanthones, flavonoïdes) qui passe par une inhibition du recaptage de la sérotonine et des autres neurotransmetteurs.
  • De cette même manière il est utile aussi pour les dystonies neurovégétatives
  • atténue l’excitabilité nerveuse mais sans effet sédatif (donc pas de problème pour conduire)
  • augmente la proportion du sommeil profond dans le sommeil total et améliore les troubles de l’endormissement
  • dépuratif puissant
  • antirhumatismal
  • apéritif
  • digestif
  • anti-acidité gastrique
  • astringent
  • diurétique
  • balsamique
  • vermifuge
  • fébrifuge
  • vulnéraire
  • hémoptysique
  • anti-asthmatique
  • anti-hystérique
  • cicatrisant
  • chélate une bonne partie des métaux lourds
  • cicatrisant des intestins (apaise les intestins « surchauffés » par des états inflammatoires chroniques  (penser au changement des habitudes alimentaires, trouver l’élément perturbateur de l’équilibre de la flore intestinale))
  • antifongique
  • active la respiration et l’oxygénation cellulaire
  • substances antitumorales récemment mises en évidence

 

 

 

Indications :

En usage interne:

 

  • toutes les lésions qui souffrent d’un excès de chaleur : brûlures du 1er et deuxième degré, eczéma, psoriasis
  • antimicrobien contre les bactéries gram positives et gram négatives
  • asthmes
  • bronchites et affections pulmonaires
  • dyspepsies atoniques (douleurs au niveau haut de l’estomac, vers l’épigastre. Manque de tonus des parois musculaires de l’estomac)
  • diarrhées
  • cystites
  • congestions hépatiques
  • pertes blanches
  • oliguries (raréfaction du volume des urines)
  • fièvres intermittentes
  • affections d’origine médullaire (problème de la moelle osseuse de produire des cellules sanguines en quantité suffisante)
  • névrites (lésion inflammatoire d’un nerf)
  • insuffisance circulatoire
  • artérite oblitérante (atteinte obstructive principalement des artères des membres inférieurs)    
  • maladies infectieuses infantiles

 

                                                                    

 

En usage externe :

  • topique vulnéraire et antiputride
  • brûlures du premier et deuxième degré
  • eczéma, mycoses, champignons cutanés
  • plaies
  • brûlures
  • ulcères de jambe
  • usage vétérinaire en ce qui concerne l'huile de millepertuis, elle repousserait les insectes qui dérangent les chevaux

 

 

 

Mode d'emploi:

Usage interne:

1 cuillère à soupe pour 1/2 litre d'eau, mettre dans l'eau froide, porter à ébullition et laisser frémir à feu doux 2-3 minutes.

 

 

 

 MODES D’EMPLOI DE LA FABRICATION DE L’HUILE DE …

 

1ère recette :

500g de sommités fraîches fleuries de millepertuis

1 litre d’huile d’olive

½ litre de vin blanc

Laisser macérer 5 jours puis faire bouillir au bain-marie jusqu’à consomption (évaporation) du vin.

Filtrer et conditionner en petites bouteilles pour permettre une meilleure conservation de l’huile et éviter l’altération qu’entraîneraient les débouchages répétés.

 

2ème recette :

Couper une belle poignée de sommités fraîches fleuries et coupées de millepertuis dans ½ litre d’huile d’olive. Faire évaporer l’humidité de la plante au bain-marie bouillant pendant 2 heures. Laisser encore macérer pendant trois jours. Filtrer et conditionner en petites bouteilles.

 

3ème recette :

100g de sommités fraîches fleuries et coupées de millepertuis dans 300g d’huile d’olive, couvrir d’une gaze et exposer au soleil pendant 3-4 semaines. La gaze protège l’huile des poussières et permets à l’humidité de la plante de s’évaporer. Tout en s’évaporant elle dépose une bonne partie de ses principes hydrosolubles dans l’huile.

On obtient une huile rose-brun, parfaitement limpide, présentant une fluorescence rose caractéristique et d'odeur également caractéristique.

Filtrer et conditionner en petites bouteilles.

Garder au frais. Pour une meilleure conservation et éviter un rancissement trop rapide, ajouter 5-7 gouttes HE Bois de Hô, HE Carotte ou Romarin...

 

De la même manière sont préparées les huiles de Calendula, Arnica, Pâquerette, Reine des près, Gingembre, Thym, Fenugrec, Camomille.

 

L'huile de Camomille camphrée se prépare en dissolvant 100g de camphre naturel dans 900g d'huile de Camomille.

 

 

 

MISES EN GARDE:

Aucune aux doses physiologiques classiques. Dans certains pays on utilise cette boisson comme tisane quotidienne genre thé de famille, tout comme parfois la ronce ou le framboisier ou selon les régions d’autres plantes qui « poussent devant la porte ». 

On peut en donner aux femmes enceintes. Fortifie le bas-ventre.

 

 

 

Synergies possibles, choisir un mélange de deux - trois plantes et le varier de temps en temps: 

 

Pour Bronchites, asthme: millepertuis avec : framboisier, lapacho, angélique, busserole, coquelicot, érysimum, eucalyptus, guimauve, hysope, lavande, mauve, mélilot, origan, bourgeons de pin, réglisse, romarin, serpolet, sureau, thym, vergerette…

 

Cystites : millepertuis avec : aigremoine, bourrache, bruyère, busserole, cerisier, chicorée, chiendent, fenouil, framboisier, genièvre, mauve, myrtille, orthosiphon, bourgeons de pin, reine des près, ronce, verge d’or (solidago), aubier de tilleul, vergerette du canada…

 

Boisson dépurative : millepertuis avec : bardane, bouleau, bourrache, bourse-à-pasteur, buis (en prendre que de temps en temps lors des épidémies virales), centaurée (très amer), gentiane (amer), noyer, ortie piquante (minéralisante en même temps), pissenlit, souci, boldo, camomille, desmodium, combretum, prêle…

 

Diarrhées : millepertuis avec : aigremoine, alchémille, aubépine, bourse à pasteur, busserole, camomille, framboisier, eucalyptus, guimauve, mauve, mélilot, origan, ortie piquante, reine des près, ronce, sauge, verge d’or (solidago), sureau, vergerette du canada…

 

Diarrhées des enfants : millepertuis avec : camomille matricaire, myrtille, armoise, sarriette, lapacho, aigremoine, noyer, menthes (a tendance à éveiller, ne pas ajouter dans la tisane le soir)

 

Acné : millepertuis avec : souci, pensée sauvage, pissenlit, bardane, sauge, camomille matricaire, reine des près, lavande, boldo, combretum…

 

                                                                   

CURIOSITES:

Le millepertuis passait pour préserver les maisons de l’esprit malin et des sorcières. Aussi le suspendait-on au plafond la veille de la Saint-Jean Baptiste.

 


Powered by Joomla!. Design by: joomla 2.5 free template  Valid XHTML and CSS.